Sur le caractère ontologique ambivalent des courants de pensée comme objets d’étude socio-historiques : un cas vécu

lundi 3 octobre 2011

actes du colloque « Le chercheur et son objet : entre distance et proximité », Montréal, Association des cycles supérieurs en sociologie de l’Université de Montréal, 2010, p. 51-58.

Que faire lorsque l’objet de la recherche se dissout sous l’effet de l’analyse ? C’est une chose qui peut survenir dans le domaine fuyant de l’histoire des idées. Parti à Londres à l’été 2007 sur la trace des origines du positivisme juridique, une tradition remontant au philosophe anglais Jeremy Bentham (1748-1832), une série de découvertes m’ont amené à envisager sérieusement la possibilité que la tradition en question n’ait jamais existé. Ce texte tiré propose quelques éléments de réflexion, à partir d’une histoire de cas personnelle, sur le statut ontologique fondamentalement ambivalent des courants de pensée comme objets d’étude socio-historiques.


Responsable du comité éditorial :

Centre Perelman de Philosophie du Droit de l’Université libre de Bruxelles
CP 132 - Av. F. D. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles
Tel. 02/650 38 84 - Fax 02/650 40 07 - e-mail