Présentation

Depuis 2007, la loi « relative à la transsexualité » viole gravement les droits humains des personnes trans* et intersexuées. Cette loi, conditionne la modification de l’état civil à un parcours psychiatrique, une procédure médicale de « réassignation sexuelle » ainsi que la stérilisation. Cette législation enferme les personnes trans* dans un parcours de soins obligatoire et rigide, en niant aussi bien la diversité de leur situation que leur intégrité physique et psychologique. Elle contribue à l’exclusion sociale de nombreuses personnes trans*.

L’équipe de l’Equality Law Clinic (ELC) de l’ULB a travaillé depuis 2014 sur cette question. Dans un premier temps, en collaboration avec l’association Genres Pluriels et la Ligue des Droits de l’Homme, l’ELC a élaboré un projet de réclamation devant le Comité européen des droits sociaux en charge de la supervision de la Charte sociale européenne (CoE). Dans un deuxième temps, eu égard à la volonté politique d’honorer l’accord de gouvernement fédéral de 2014 de modifier la loi « relative à la transsexualité », l’ELC s’est jointe au communiqué de presse intitulé « Belgium must respect the fundamental rights of transgender people » à l’occasion de la Pride 2016.

Ensuite, l’ELC a œuvré en collaboration avec l’association Genres Pluriels, Amnesty International, la Ligue des Droits de l’Homme et les trois coupoles LGBTQI du pays (Rainbowhouse, çavaria, Arc-en-ciel Wallonie) afin d’élaborer une législation relative à l’identité de genre, l’expression de genre et les caractères sexuels qui soit respectueuse des droits des personnes trans* et intersexuées qui prenne en compte l’ensemble des volets générateurs d’exclusion (état civil, droit à la santé, non-discrimination).

Dans le cadre de ces différents processus, l’ELC a récolé de nombreux témoignages de personnes trans* et intersexuées qui ont subi des traitement discriminatoires dans différents domaines de la vie sociale : éducation, emploi, logement, transports, etc. Ces discriminations résultent en partie de la loi de 2007 et des obstacles qu’elle prévoit pour le changement de leur état civil. Une brochure d’information à destination du grand public a également été réalisée. L’ELC a enfin organisé, le 15 mars 2017, une conférence-débat intitulée « Les droits bafoués des personnes trans en Belgique en 2017 ». Cet événement a été l’occasion de réunir des spécialistes de différentes disciplines (psychologues, médecins, juristes), des représentants du monde associatif et du monde politique. A cette occasion, l’engagement a été pris d’organiser des auditions dans le cadre du débat parlementaire qui allait débuter suite au dépôt, au parlement fédéral, du projet de loi réformant des régimes relatifs aux personnes transgenres en ce qui concerne la mention d’un changement de l’enregistrement du sexe dans les actes de l’état civil et ses effets (no. 2403/1). L’ELC a été invitée à participer aux auditions organisées le 25 avril 2017 à la Chambre des Représentants.


Responsable du comité éditorial :

Centre Perelman de Philosophie du Droit de l’Université libre de Bruxelles
CP 132 - Av. F. D. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles
Tel. 02/650 38 84 - Fax 02/650 40 07 - e-mail