Cahiers philosophiques 2016/2 (n° 145)

Le contournement de la loi est-il hypocrite ? Statut de la ruse dans la loi juive.

lundi 2 mai 2016 par Stefan Goltzberg

Un phénomène intéressant apparaît dans de multiples cultures juridiques : afin de concilier la lettre de la loi et son esprit, certaines lois sont contournées – légalement. Ce contournement, qui consiste à vider la loi de son esprit tout en faisant mine de respecter sa formulation (un loophole en anglais), pose d’un point de vue éthique la question de savoir s’il n’y a pas là hypocrisie. La loi juive est ici étudiée car les contournements qu’elle autorise sont critiqués par ses détracteurs, mais également de l’intérieur : tous les contournements ne sont pas approuvés, loin s’en faut. Le présent texte, qui se veut seulement exploratoire, essaie de montrer quels contournements sont autorisés et pour quelles raisons.
Plan :
1. De l’hypocrisie du faux dévot à l’hypocrisie du juriste
2.
1. L’hypocrisie du faux dévot
2. L’hypocrisie du juriste
3. Hypocrisie, ratio legis et contournement de la loi
4. La loi juive autorise-t-elle l’hypocrisie ?
5.
1. Fiction et ha῾aramah
2. Deux types de littéralisme
3. À quelles conditions une ruse est-elle admise ?
6. Conclusion
http://www.cairn.info/revue-cahiers-philosophiques-2016-2-page-97.htm


Responsable du comité éditorial :

Centre Perelman de Philosophie du Droit de l’Université libre de Bruxelles
CP 132 - Av. F. D. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles
Tel. 02/650 38 84 - Fax 02/650 40 07 - e-mail