La gestion de l’altérité : puissance constituante et droits des collectifs.

mardi 1er janvier 2002 par Thomas Berns

T. Berns, "La gestion de l’altérité. Puissance constituante et droits des collectifs", in : Altérité et Droit, sous la direction d’Isabelle Schulte-Tenckhoff, Bruxelles, Bruylant, 2002, p.159-178.

Les droits collectifs sont ici pris en considération non pas pour ce qu’ils risquent de remettre en question dans les principes du libéralisme, mais eu égard à l’inévitable gestion des communautés qu’ils ne peuvent manquer d’entraîner pour être intégrés dans un cadre libéral. Or une telle gestion est ce qui ne peut précisément pas répondre à la demande d’émergence politique des minorités. Sur base de cette gestion potentiellement disciplinaire des communautés, c’est à la fois la nature hégémonique du libéralisme et son refus intransigeant d’exposer le politique au conflit que l’auteur entend dévoiler.


Responsable du comité éditorial :

Centre Perelman de Philosophie du Droit de l’Université libre de Bruxelles
CP 132 - Av. F. D. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles
Tel. 02/650 38 84 - Fax 02/650 40 07 - e-mail