L’exceptionnelle protection de la liberté d’expression aux Etats-Unis

vendredi 23 septembre 2011 par Thomas Hochmann

in Ludovic Hennebel et Arnaud van Waeyenberge (dir.), L’exceptionnalisme américain et les droits de l’homme, Dalloz, Paris, 2009, pp. 149-197.

Dans un premier temps, ce chapitre s’intéresse à la protection de la liberté d’expression aux Etats-Unis, et s’efforce d’établir en quoi il est possible de la qualifier d’exceptionnelle (I). Il est parfois affirmé que le mot « exceptionnalisme » traduit une appréciation positive, tandis que « isolationnisme » exprime la même idée de manière négative. Le premier terme sera retenu ici, mais il doit être compris de manière non évaluative. Le problème du terme « isolationnisme » est qu’il implique l’absence de contact avec l’extérieur. Or, ni le droit des Etats-Unis, ni la conception non américaine de la liberté d’expression ne peuvent se permettrent le confort de l’autisme. Leurs inévitables « points de rencontre » seront étudiés dans un second temps (II).


Responsable du comité éditorial :

Centre Perelman de Philosophie du Droit de l’Université libre de Bruxelles
CP 132 - Av. F. D. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles
Tel. 02/650 38 84 - Fax 02/650 40 07 - e-mail