(Sorry, this text is not available in English)

Droit et philosophie

Droit et philosophie s’instaurent dans une relation complexe au sein de l’œuvre de Perelman. Sous un certain aspect, le droit intervient dans le cadre d’une « méthodologie » de la Nouvelle Rhétorique. Si celle-ci vise, en effet, à « étendre le rôle de la raison » aux raisonnements impliquant des valeurs, Perelman trouve dans les motivations des tribunaux les « meilleurs échantillons » pour étudier les « moyens de preuve » utilisés dans de tels raisonnements vraisemblables. Pour autant, le recours au droit intervient, sous cet aspect méthodologique, comme un exemple de raisonnement pratique au même titre que « toute délibération dans une assemblée, tout plaidoyer, tout discours politique ou religieux [ainsi que] la plupart des exposés philosophiques ».

Cette référence à l’inscription de la pratique philosophique au sein de « l’empire rhétorique » nous introduit néanmoins à une dimension du droit autre que méthodologique dans l’œuvre de Perelman. Alors que la philosophie s’est focalisée, selon lui, sur la construction de systèmes clos à la reconnaissance des uns et des autres, le droit manifeste au contraire une pratique effective de la rationalité argumentative dont pourrait s’inspirer le philosophe pour « comprendre la spécificité de la philosophie, discipline qui s’élabore sous l’égide de la raison, mais d’une raison essentiellement pratique, tournée vers la décision et l’action raisonnables » (« Ce que le philosophe peut apprendre par l’étude du droit », 1966, rééd. : Droit, morale et philosophie).

Cette injonction, adressée aux philosophes, d’intégrer la composante argumentative à leur pratique témoigne d’un souci profond chez Perelman de rompre avec une tradition philosophique qui s’est détournée de la rhétorique en la reléguant à une science des figures. Ce souci se manifeste dans la certitude, partagée avec Lucie Olbrechts-Tyteca, d’initier des « réflexions [qui] ne se développent pas dans le cadre d’une discipline existante » (« Logique et rhétorique », 1950, rééd. : Rhétorique et philosophie). Perelman sera amené, dans les années 1960, à relativiser fortement cette affirmation qui est certainement due à sa considération exclusive de la pratique philosophique en Europe.


editorial board coordinator:

Centre Perelman de l’Université libre de Bruxelles
CP 132 - Av. F. D. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles
Tel. 02/650 38 84 - Fax 02/650 40 07 - e-mail