Conflit, guerre, violence et corruption

mercredi 1er janvier 2003 par Thomas Berns

T. Berns, "Conflit, guerre, violence et corruption", in Multitudes, n°13, Paris, 2003, p.177-181 Exils

Thomas Berns montre l’exigence d’une oeuvre qui cherche à penser le conflit comme ce qui doit être maintenu : cela signifie non seulement inscrire l’ordre de la loi dans le désordre du conflit, mais aussi faire de la guerre l’horizon maintenu de la paix, savoir que la loi ne s’impose que comme violence et qu’elle ne doit se penser que comme exposée à la corruption... bref c’est précisément ce avec quoi rompt le politique centré sur la souveraineté.

Lisez cet article sur le site de Multitudes


Responsable du comité éditorial :

Centre Perelman de Philosophie du Droit de l’Université libre de Bruxelles
CP 132 - Av. F. D. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles
Tel. 02/650 38 84 - Fax 02/650 40 07 - e-mail