A propos d’une définition stricte des « discours de haine »

lundi 17 mai 2010 par Pierre-François Docquir

La Cour d’appel rappelle, dans cet arrêt, que la liberté d’expression s’étend aux "propos qui heurtent, choquent ou inquiètent l’Etat ou une frange quelconque de la population", mais surtout que, si les incitations à la haine raciale peuvent légitimement faire l’objet de poursuites, les commentaires radicaux ou extrêmes sur un thème politique ou religieux sont, eux, protégés par la liberté d’expression.


En savoir plus

Responsable du comité éditorial :

Centre Perelman de Philosophie du Droit de l’Université libre de Bruxelles
CP 132 - Av. F. D. Roosevelt 50 - 1050 Bruxelles
Tel. 02/650 38 84 - Fax 02/650 40 07 - e-mail